Field Medicine / Médecine de campagne

LE TEXTE EN FRANÇAIS SUITE

 

MEDICAL SPECIALIST GROWTH IN THE FIELD

By Haifa Al-Aryan, Canadian Forces Health Services Group

The Canadian Forces Health Services Group (CFHSG) is continuously making strides to optimize and modernize their ability to support Canadian Armed Forces (CAF) operations. A significant change under the CFHSG Modernization Initiative is to increase the number and type of medical specialists who provide life-saving medical services for CAF members deployed on expeditionary operations.

CAF medical specialists complete all of their training within Canada’s civilian medical training system. After four years of medical school, medical specialists do an additional four to five years of intensive, specialty-specific training before qualifying as a members of the Royal College of Physicians and Surgeons of Canada. The CAF has maintained seven military medical specialties: anesthesiology, general surgery, orthopedic surgery, internal medicine, physiatristry (rehabilitation medicine), psychiatry, and radiology. Under the Modernization initiative, Royal College of Physicians and Surgeons of Canada certified emergency medicine physicians will become the eighth specialty to be added to the medical specialist occupation.

When not deployed on operations, medical specialists may also contribute to training, education and research within CFHSG, as well as to garrison consultation and care. Psychiatrists and Physiatrists play pivotal roles in the coordination of mental and physical rehabilitation and care of CAF members in Canada. The surgical, acute and critical care specialists, as well as radiologists spend the majority of their time working in civilian hospitals. Colonel Bethann Meunier, an anesthesiologist and the Chief of Medical and Surgical Specialties explains, “Medical specialists are integral members of the health care teams that will respond within the earliest and most complex stages of illness and injury. Their ongoing collaboration with civilian colleagues and participation in care delivery within Canada’s trauma facilities are essential to maintaining their specialty skillsets.” When tasked for operations, medical specialists undergo routine military pre-deployment training as well as military collective clinical simulation training designed to familiarize them with specialized military medical equipment and to integrate them within their health care teams.

When the CAF deploys its members on operations, there is an increased possibility for one of its members or a member of an allied force to suffer a serious, life- or limb-threatening injury. Accordingly, the CFHSG has analyzed the future requirement for medical specialist support to Strong, Secure, Engaged. Growth in both the number of specialists and the types of specialties is required in order to properly support concurrent lines of CAF operations, domestic and international.

Under the Modernization Initiative, the number of medical specialists available in support of CAF operations has been increasing since 2017, and the 2020 growth will bring the cadre number to fifty eight. The CFHSG will add another eight positions in both 2021 and 2022, and four new positions in 2023 for a total of seventy eight medical specialists. “We actually haven’t had growth like this since the Korean War”, stated Lieutenant-Colonel Steven Pirie, Senior Staff Officer CFHSG Strategic Concepts, the person responsible for the program growth.

Lieutenant-Colonel Pirie explains, “the CAF does everything we can to get a wounded soldier to a surgical team, within two hours of injury in order to optimize their condition”. Col Meunier expands upon this, “research has shown that providing advanced resuscitative and surgical care further forward in the battlefield, closer to the point of injury, has increased the survivability of trauma, as well as limited the extent of traumatic injury and illness. Furthermore, these added forward lines of operations have introduced the need for increased levels of care during patient transport; as such, the number of specialized medical and surgical care teams required for operations has increased significantly.”

Of course, by having more medical specialists available for both domestic and international operations, the CAF will be saving the lives of ill and injured patients. So, the CFHSG is always looking for physicians to apply for specialty training and for civilian specialists to join the CAF Regular or Reserve Force cadres.

 

Photo 1:

 

 

 

 

 

 

 

http://www.combatcamera.forces.gc.ca/en/photo-search.page#ipa_assetDetail=%7BBB843C36-8811-4FC7-99EE-197BFAB7BF11%7D

Members of Operation PRESENCE-Mali conduct a night time forward aeromedical evacuation exercise in the vicinity of Gao on August 15, 2019.

 

Photo 2 :

 

 

 

 

 

 

 

http://www.combatcamera.forces.gc.ca/en/photo-search.page#ipa_assetDetail=%7BE0FE7B44-3D95-42E5-B191-A3A0640C3388%7D

Leading Seaman Brandon Wannamaker provides first aid to a simulated casualty under the supervision of Medical Officer, Lieutenant Michael Rodney as part of a man overboard exercise during Operation NANOOK, August 14, 2019.

 

END OF ENGLISH TEXT /DÉBUT DU TEXTE FRANÇAIS

 

CROISSANCE DES EFFECTIFS DE MÉDECINS SPÉCIALISTES SUR LE TERRAIN

Par Haifa Al-Aryan, Groupe des Services de santé des Forces canadiennes

Le Groupe des Services de santé des Forces canadiennes (GSSFC) cherche toujours à optimiser et à moderniser sa capacité d’appuyer les opérations des Forces armées canadiennes (FAC). Un des changements apportés en vertu de l’initiative de modernisation du GSSFC consiste à faire augmenter le nombre de médecins spécialistes qui offrent des services médicaux de sauvetage aux membres des FAC qui participent à des opérations expéditionnaires, ainsi que les types de spécialités médicales présentes sur le terrain.

Les médecins spécialistes des FAC effectuent leur instruction dans le système civil d’instruction médicale. Après avoir passé quatre années à l’école de médecine, les médecins spécialistes suivent des cours liés à leur spécialisation pendant quatre à cinq années supplémentaires, puis ils peuvent devenir membres du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. On retrouve sept spécialités médicales au sein des FAC : l’anesthésiologie, la chirurgie générale, la chirurgie orthopédique, la physiatrie (médecine de réadaptation), la psychiatrie et la radiologie. À la suite de l’initiative de modernisation, une huitième spécialité médicale s’ajoutera à la liste du groupe professionnel des médecins spécialistes : les urgentologues titulaires d’un certificat du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

Lorsqu’ils ne participent pas à des opérations, les médecins spécialistes peuvent également contribuer à l’instruction, à l’éducation et à la recherche au sein du GSSFC, en plus d’effectuer des consultations et d’offrir des soins au sein de la garnison. Les psychiatres et les physiatres jouent un rôle essentiel dans la coordination de la réadaptation et des soins physiques et psychologiques offerts aux membres des FAC au Canada. Pour leur part, les médecins spécialisés en chirurgie, en radiologie, en soins de courte durée et en soins intensifs travaillent principalement dans des hôpitaux civils. Le colonel Bethann Meunier, anesthésiologiste et chef des spécialités médicales et chirurgicales, explique que « les médecins spécialistes font partie intégrante des équipes de soins de santé qui interviendront aux stades les plus précoces et les plus complexes des maladies et des blessures. Leur collaboration continue avec leurs collègues civils et leur participation à la prestation de soins de santé au sein des installations médicales de traumatologie sont nécessaires au maintien des aptitudes nécessaires à l’exercice de leur spécialisation ». Lorsqu’ils sont affectés à des opérations, les médecins spécialistes suivent la formation de routine préalable au déploiement pour les militaires et reçoivent de l’instruction collective militaire sous forme de simulation clinique afin de se familiariser avec l’équipement médical militaire spécialisé et de l’intégrer au sein de leurs équipes de soins de santé respectives.

Lorsque les militaires des FAC participent à des opérations, il existe une possibilité accrue que l’un d’entre eux ou qu’un membre d’une force alliée subisse une blessure sérieuse mettant sa vie ou son intégrité physique en danger. Par conséquent, le GSSFC a analysé les exigences qui seront imposées afin que les médecins spécialistes appuient Protection, Sécurité, Engagement. L’augmentation, tant du nombre de médecins spécialistes que des types de spécialités offertes, est donc nécessaire afin d’appuyer convenablement les opérations concurrentes des FAC, soit au pays et à l’étranger.

En vertu de l’initiative de modernisation, le nombre de médecins spécialistes en mesure d’appuyer les opérations des FAC est en hausse depuis 2017 et la croissance de 2020 portera le nombre de cadres à cinquante-huit. Le GSSFC dotera huit postes supplémentaires en 2021 et en 2022 et quatre nouveaux postes en 2023, ce qui portera le nombre total de médecins spécialistes à soixante-dix-huit. « Nous n’avons pas été témoins d’une telle croissance depuis la guerre de Corée », a affirmé le lieutenant-colonel Steven Pirie, officier supérieur d’état-major des concepts stratégiques du GSSFC et responsable de la croissance du programme.

« Les FAC font tout en leur pouvoir pour qu’un soldat blessé puisse être apporté à une équipe chirurgicale dans les deux heures suivant sa blessure afin d’optimiser sa condition », explique le lieutenant-colonel Pirie. « Les recherches ont démontré qu’en fournissant des soins de réanimation chirurgicale et de chirurgie encore plus près du champ de bataille et de l’endroit où la blessure a eu lieu, on augmente les chances de survie de la victime de traumatisme de la blessure, en plus de limiter l’étendue de la maladie ou de la blessure traumatique », renchérit le col Meunier. « De plus, avec l’ajout de ces secteurs d’activités sur le terrain, il est désormais nécessaire de relever le niveau de soins offerts durant le transport du patient, de sorte que le nombre de médecins spécialistes et d’équipes de soins chirurgicaux exigés dans le cadre des opérations a beaucoup augmenté. » Évidemment, en disposant de plus de médecins spécialistes dans le cadre des opérations au pays et à l’étranger, les FAC pourront sauver les vies des patients malades et blessés. Par conséquent, le GSSFC est toujours à la recherche de médecins souhaitant présenter une demande de spécialisation et de spécialistes prêts à se joindre aux cadres de la Force régulière ou de la Force de réserve des FAC.

Photo 1 :

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.combatcamera.forces.gc.ca/fr/recherche-de-photos.page#ipa_assetDetail=%7BBB843C36-8811-4FC7-99EE-197BFAB7BF11%7D

Des membres de l’opération PRESENCE-Mali participent à un exercice d’évacuation sanitaire aérienne de l’avant de nuit à proximité de Gao, le 15 août 2019.

 

Photo 2 :

 

 

 

 

 

 

 

http://www.combatcamera.forces.gc.ca/fr/recherche-de-photos.page#ipa_assetDetail=%7BE0FE7B44-3D95-42E5-B191-A3A0640C3388%7D

Le matelot de 1re classe Brandon Wannamaker prodigue les premiers soins à un blessé simulé, sous la surveillance du lieutenant Michael Rodney, médecin militaire, dans le cadre d’un exercice de récupération d’un homme à la mer, au cours de l’opération NANOOK, le 14 août 2019.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.